Publié par

Préménopause, Périménopause, Ménopause ?

Dans les grandes phases de changement autour de la cinquantaine, il est souvent difficile pour une femme d’évaluer avec précision, son statut hormonal, la production des hormones de ces périodes étant particulièrement soumise à variations.

ARTICLE MAI 2019

Pour bon nombre de personnes, l’évolution du statut hormonal de la femme, avec ce passage d’une période d’activité génitale qui dure quelques décennies, à une modification progressive des cycles, puis à une disparition définitive de règles, s’exprime par les termes préménopause et ménopause.
Ces qualificatifs parlent à toutes, et cependant sont peu précis et ne rendent pas complètement compte d’une certaine réalité.

Revenons sur la physiologie :
La femme, note un changement dans la régularité de ses cycles, correspondant à une chute brutale de la progestérone.
Puis les règles cessent.
Cependant, pendant au moins une année, voire deux pour certaines, une activité hormonale perdure.
Pour un grand nombre de femmes, les règles n’apparaîtront plus du tout. La ménopause n’est cependant pas complètement installée.
Chez d’autres, suite à une première année sans menstrues, de légers soubresauts témoins d’une faible activité hormonale, et perçus plus distinctement, peuvent encore se manifester quelques mois.

Si le terme ménopause signifie littéralement arrêt des règles, les approches physiologiques modernes apportent davantage de subtilités.
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a donc élargi le vocabulaire en ajoutant une autre dénomination, même si cette dernière n’est pas encore intégrée par nos contemporains.
Ainsi si classiquement on parle de :
Préménopause, puis ménopause
Il est plus logique de suivre la proposition de l’OMS.
Pour cette institution, la périménopause est « la période précédant la ménopause, lorsque apparaissent des signes cliniques et/ou biologiques annonçant la ménopause et se poursuivant un an au-delà de l’arrêt des menstruations. »
La périménopause englobe donc la préménopause et une, voire deux années après l’arrêt des règles.
Suit la ménopause.

Suite à un entretien avec le Docteur OVIEDO-MASSET, gynécologue à St Mandé.